mardi 3 novembre 2015

Article : "Version contemporaine de l’object-presenting" par Dimitri Weyl et Michèle Benhaïm, Recherches en psychanalyse n° 19

Version contemporaine de l’object-presenting

par Dimitri Weyl
Psychologue clinicien, Psychanalyste. Docteur en psychopathologie et psychanalyse. Enseignant à l’Université Paris VII Diderot, Sorbonne Paris Cité. Chercheur rattaché au Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS), EA 3522.

et Michèle Benhaïm
Psychanalyste. Professeur des Universités, Aix-Marseille Université (AMU). Laboratoire LPCLS EA 3278.

Recherches en psychanalyse n° 19, 2015

Résumé :

La clinique quotidienne auprès des enfants et l’observation des relations actuelles parents/enfants nous ont amenés à tenter de cerner les enjeux contemporains relatifs à la toute-puissance de l’enfant en nous référant aux dimensions de la fonction maternelle que Winnicott découpe en « holding », « handling » et « object-presenting », mais en nous autorisant à en examiner les éléments séparément, c’est-à-dire en nous penchant exclusivement sur la troisième dimension, celle de la présentation de l’objet. 
Cette réflexion s’appuie sur le suivi d’un enfant et de ses deux parents en CMPP et se propose sous deux perspectives : celle d’une élaboration théorique du concept d’object-presenting à l’épreuve des enjeux contemporains de la relation parents/enfants, et l’exploration d’une situation clinique atypique de cette logique actuelle.
Les discours et idéologies dominants n’œuvrent pas ici primairement sur la subjectivité et la construction identitaire de cet enfant, car les parents n’en sont pas – ou peu – porteurs, mais secondairement, dans un effet de rencontre entre une problématique psychopathologique et ce que « le discours du capitalisme » promeut, notamment via l’usage massifiant des images, du rapport du sujet à l’objet du désir. 

www.cairn.info