vendredi 26 février 2016

Article : "Un chemin d’évidence : Ferenczi-Winnicott" de Laura Dethiville paru dans la revue Coq-Héron n° 223, février 2016 : "Présence de Ferenczi"


Présence de Ferenczi. Un colloque international à Paris

Le Coq-Héron, numéro 223 - Revue trimestrielle

Pierre SABOURIN, Elena ADAM, Mireille FOGNINI

Ce numéro reprend la plupart des interventions des journées internationales « Présence de Ferenczi » organisées par l’équipe du Coq-Héron : Italiens, Espagnols, Canadiens, Hongrois et Français de tous horizons y ont évoqué avec une franchise inhabituelle leur clinique psychanalytique. Traversées de courants culturels multiples, ces rencontres témoignent notamment de l’ouverture actuelle aux travaux de Ferenczi sur les pathologies traumatiques précoces (cas limites, perversions, psychoses…) ; ce qui impose une refonte de la théorie de la technique.

Résumé de l'article : "Un chemin d’évidence : Ferenczi-Winnicott" de Laura Dethiville
 
On retrouve dans l’œuvre de Winnicott les avancées ultimes de l’œuvre de Ferenczi, en particulier l’importance de l’environnement, le refus de la notion de pulsion de mort, les mécanismes de clivage et l’usage de la régression. Le chaînon intermédiaire entre ces deux « fous de clinique » pour qui les théories ne valaient que lorsqu’elles découlaient de la pratique, a sans aucun doute était Michael Balint, disciple de Ferenczi.

Article ici :  www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=COHE_223_0085

Numéro ici : www.editions-eres.com/ouvrage/3677/presence-de-ferenczi