mardi 23 mai 2017

Les recommandations techniques de Bion

Les recommandations techniques de Bion

Pour résumer à l'extrême, Bion formule cinq recommandations, eu égard à la technique :

I. Ayez recours au(x) sens, au mythe et à la passion lorsque vous dirigez une cure. Le "sens" renvoie à un usage pénétrant du sens de l'observation requis par les sens - qu'un seul, plusieurs ou tous les sens mobilisés. Le "mythe" se rapporte aux schèmes mythiques particuliers permettant d'organiser et d'articuler l'objet analytique (le O de la séance), lequel, pour le dire en terme kleinien, correspond au niveau maximum d'angoisse inconsciente du patient. Bion conseille à l'analyste de rechercher et de mettre en réserve ces mythes afin de se créer l'équivalent d'un système scientifique déductif, mais adapté à la pratique analytique. Les mythes sous-tendent également les phantasmes, conscients et inconscients. Quant au terme de "passion", ils désignent les fluctuations émotionnelles de l'analyste lorsque ce dernier entre en résonance avec les émotions du patient. [...] Bion recommande à l'analyste de recourir à deux types d'observations : émotionnelle et objective - c'est-à-dire à l'intuition et à l'attention.

II. Abandonnez mémoire, désir et compréhension, et ne faites plus usage d'aucune préconception. Chaque séance est le premier jour - chaque fois recommencé - de l'analyse. Ne rappelez pas à votre souvenir les séances précédentes ; laissez-les revenir spontanément à vous. N'ayez aucun désir de guérir le patient.

III. Plongez-vous dans un état de rêverie (un état de "rêve éveillé") pour pouvoir recueillir les émotions du patient et restez aussi réceptif que possible à vos propres résonances émotions inconscientes avec lui. lorsqu'il interprète, l'analyste ne doit rien dire qu'il ne ressente. S'il déroge à cette règle, le patient le saura. L'analyse ne doit pas non plus répéter ses interprétations. Chaque interprétation doit être une surprise aussi bien pour l'analyste que pour le patient.

IV. Recourez librement à l'imagination et au raisonnement spéculatif.

V. L'analyste doit "rêver" chaque séance - c'est-à-dire "rêver" les émotions que le patient n'a pas (ou pas intégralement) rêvées : O, de manière générale.

James S. Grotstein, Un rayon d'intense obscurité. éditions d'Ithaque, 2016